Livre Deux - La Palmeraie
Les Mystères Alex et Zahni

La remarquable histoire de la modeste 
pomme de terre

  Lorsque les conquistadors espagnols ont débarqué dans les Caraïbes en 1503, l’objectif principale était de trouver de l'or. Les indigènes n’avaient pas les moyens de se défendre contre cette armée redoutable, et le précieux minéral extrait des îles était d'une tonne par an. Des rumeurs d'une civilisation dorée les ont poussés à traverser Panama pour descendre la côte de l'Amérique du Sud jusqu'au Pérou, où ils ont découvert le vaste Empire Inca. Menés par Francesco Pizarro, ils ont pris possession des mines pour confisquer plus de trois cents millions de parures en or et en argent. En tout, vingt-quatre tonnes.

   La conquête du Pérou est considérée comme l'un des événements les plus importants de l'histoire, mais Pizarro ne pouvait prévoir que la véritable richesse, qu’allait définir l'avenir du monde occidental, ne provenait pas des mines inca, mais du sol.


    Au départ les conquistadors - un assemblage éclectique de soldats, membres de la petite noblesse et moines - n'étaient pas impressionnés par les tubercules grumeleux que les Incas extrayaient du sol. « Incolore et insipide, cette chose appelée papa, » écrit Père Mateo dans son journal. Cependant, lorsqu'ils ont compris que le ‘papa’ était nutritive et, tout aussi important, pouvait se conserver indéfiniment, ils ont emporté les tubercules pour le long voyage à travers l'Atlantique jusqu'à leur patrie.


  La modeste pomme de terre fournit tous les nutriments essentiels à l'exception des vitamines A et D et calcium, qui peuvent être obtenus en buvant du lait. En raison de ses propriétés nutritives et curatives, les anciens Incas lui vouaient un culte aux mille noms et la plaçaient aux côtés des défunts comme l'ultime cadeau aux dieux.


   Sir Walter Raleigh (après avoir écrasé l'Armada espagnole en 1588) planta des pommes de terre sur sa propriété en Irlande, et le tubercule prolifique devint la principale culture et source de nourriture dans les îles britanniques car la plupart des habitants à l'époque étaient pauvres. Elle était facile à cultiver et résistait aux basses températures, raison pour laquelle les Britanniques avaient survécu lorsqu'une période de grand froid, le ‘petit âge glaciaire’ a tué la plupart des cultures en Europe.

   Même avec l'horrible perspective de la famine, les habitants sur le continent européen refusaient de manger la pomme de terre. Cette hésitation était justifiée. Ne réalisant pas que seule la racine était comestible, les gens mangeaient les feuilles. Ce qui les rendait malades. Elles sont remplies d'un alcaloïde cristallin toxique appelé solanine, la défense de la plante contre les insectes. Ingéré, il peut causer une paralysie du système nerveux central. Si l'on ajoute à cela les rumeurs et les superstitions - elle provoque la lèpre - la pomme de terre fut tellement mal vue que les gens préféraient mourir de faim. Pour rassurer ses sujets le roi de France Louis XVI, mangeait uniquement dans les restaurants ou la pomme de terre était servi. Avec son complice, le pharmacien Antoine-Augustin Parmentier, il conçut des relations publiques pour encourager sa consommation pendant ces années difficiles, expliquant que la partie souterraine de la plante était bonne à manger, et qu'on pouvait toucher les feuilles. 

  Les conquistadors ne pouvaient prévoir que leur découverte péruvienne était également porteuse d'un méchant micro-organisme appelé phytophthora infestans, ou mildiou. L’agent pathogène prit son temps pour développer et au milieu des années 1800 la maladie détruit toutes les cultures de pommes de terre en Europe du Nord. Les Irlandais et les Allemands ont été les plus touchés, car il s'agissait de leur principale récolte et l’aliment de base des populations.


  Les conséquences politiques et sociales étaient énormes. La Révolution Industrielle entraîna une production de masse et une demande accrue de main-d'œuvre dans les usines d'Amérique du Nord. Près de deux millions d'Irlandais, soit un quart de la population, ont émigrés aux États-Unis pour trouver du travail, ainsi qu'un million et demi de personnes en provenance d'Allemagne. Environ six millions d'Allemands ont émigré après une deuxième épidémie de mildiou dans leur pays en 1916 - le cuivre dont les agriculteurs avaient besoin pour stopper la contamination avait été utilisé pour fabriquer des machines de guerre. Entre 1845 et 1920, environ trente-sept millions d’immigrants sont passés devant la Statue de la Liberté.  

  Des progrès ont été réalisés dans la lutte contre la maladie, mais les scientifiques travaillent toujours à la mise au point d'un antidote contre un organisme qui refuse de s'entrecroiser. 




- Chapitre Un -


  ZAHNI alluma la lumière du plafond et transféra les photographies du dernier bain sur une corde tendue en travers du cabanon. Elles avaient été prises dans le bayou de la Réserve de La Palmeraie où il avait ramassé des spécimens de pomme de terre. La dernière photo était l’image en gros plan d'un homme corpulent devant une Cadillac.

  Il la rangea avec les autres photos et replaça le négatif à l’envers sous la loupe. Ainsi, avec l’image inversée, il étudia les détails. Cette astuce de retourner le négatif lui permettait de voir des choses qu'il n'aurait pas trouvées autrement. Dans ce cas, il ne fallait pas un œil exercé pour voir que l'homme avec le chapeau bob n'était pas heureux. Sa passagère s'éloignait, les talons un peu trop hauts et la jupe un peu trop serrée sur un derrière bien rebondi. Zahni rangea le négatif et s'assit dans l'obscurité pour passer en revue les événements des dernières semaines.  

  Une société appelée Gamma Développent voulait construire un centre commercial à Half Moon et la nouvelle a rouvert de vieilles blessures, avec les résidents prenant à nouveau parti. Il y a quelques années, le projet d'une Marina avait provoqué une rupture irrémédiable dans la communauté, mettant en péril amitiés et réunions de famille. L'altercation donna lieu à des alliances bizarres ; les conservateurs s’étaient alliés aux libéraux pour préserver leur patrimoine naturel et, comme tout le monde a prévu, Laura la boulangère rompit ses fiançailles avec le pharmacien.

  Mario et Tenacio s’étaient rendus à la mairie où le vice-président présentait le projet. Mario était particulièrement intéressé. Il suivait des cours de commerce au collège communautaire, accumulant des crédits avant de décider comment devenir millionnaire avant ses trente ans. Maria et Zahni les attendaient sur le porche des jumeaux où une légère brise soufflait de la baie, un répit bienvenu dans la chaleur record du milieu d'été.

  « C'est un bon projet, » dit Mario. Il jeta son sac à dos dans un coin, mit sa tête sous le robinet dans la cuisine et, laissant une trace d’eau sur le sol, s'assit sur la balustrade près du ventilateur. « Certains aimeraient voir un centre commercial. Il faut deux heures de route pour aller à celui d'Argos. »

  « Je pensais que vous seriez encore à la réunion, » dit Maria en posant le dîner sur la table. Les parents des jumeaux étaient en Italie pour rendre visite à la famille et leur mère avait rempli le congélateur avec assez de nourriture pour un an.

  « C'était chaud. »

  « Pas de surprise. Je parie que les commerçants avaient quelque chose à dire à ce sujet, » dit sa sœur. Ce n'est pas un secret que les grands centres éloignent les clients des petits commerces locaux.

  « Il veut dire CHAUD, » dit Tenacio, rigolant. « Le maire a coupé le climatiseur. »

  « Sérieux ? »

  « Oui. Le seul moyen de mettre fin à la réunion sans arrêter les gens pour agression. » Mario décrivit la bousculade jusqu’à la porte.

  « Alors, que va-t-il se passer ensuite ? »

  « Même ceux qui sont en faveur doivent admettre qu’il n'est pas viable, » déclara Tenacio.

  Mario ajouta, « Entre autres choses Gamma Développent veut des allégements fiscaux déraisonnables, mais le principal obstacle est l'emplacement. »

  « Ils veulent le construire à côté du Lac Mantis. » Tenacio secoua la tête, incrédule.

  Le Lac Mantis, entouré de plusieurs manoirs historiques, était surtout connu pour ses cultures écologiques. Les agriculteurs fournissaient tous les restaurants de Half Moon ainsi qu’un marché ouvert. Une grande partie de la réputation de la ville était due à ces fermes.

  « Il y avait des idées intéressantes, » déclara Mario. « Une garderie gratuite, avec la notion que les parents resteront plus longtemps et achèteront plus s'ils ne sont pas distraits par leurs enfants. Génial. »

  Tenacio partit après le dîner avec ses deux chats roux qui le suivaient partout. Il venait de terminer le programme paramédical et devait se lever tôt. Il était attiré par les défis imprévisibles du travail, où une équipe devait prendre des décisions lucides en une fraction de seconde. Il louait toujours le cottage aux parents d'Alex et Zahni, et les chats ont finalement fait la paix avec Whiskers, bien qu'ils n'aient jamais vraiment traînés ensemble. 

  Tenacio et Alex sortaient toujours. Il espérait ; six mois étaient une longue séparation. Alex était à Paris bénéficiant d’une bourse pour étudier la portraiture. Ils s’écrivaient fréquemment, cependant Tenacio s’inquiétait. Dans une lettre envoyée de Florence, elle dit se sentir comme chez elle. Peut-être qu'elle déciderait de vivre en Italie ?

  Si c'était le cas, il aurait ses lettres comme souvenir.

  Une semaine après la réunion houleuse à l'Hôtel de Ville, Elvira McCarthy, trésorière du Ladies Garden Club, invita Maria à déjeuner au musée. Après avoir commandé, Maria avoua qu'après un an au collège elle ne savait toujours pas quelle direction elle devrait prendre pour ses études.

  « Est-ce que ça t’inquiète ? » demanda Elvira.

  « Oui. Mario sait ce qu'il veut être depuis l’âge de cinq ans, et je n'en ai encore aucune idée. »

  « Être millionnaire n'est pas vraiment un but en soi, mais c’est vrai qu’il semble déterminé. Peut-être c’est mieux de ne pas t’en soucier, continue à suivre des cours différents ou trouve-toi un emploi ailleurs pendant un certain temps. Parfois un changement de décor donne de la perspective. Tu fais toujours du volontariat au refuge pour les animaux ? »

  Elvira sortit une carte d'Amsterdam qu'elle reçut récemment d'Alex. Elle avait acheté un billet de train Eurail pour faire une tournée éclair en Europe, à peu près la même taille que les États-Unis. Elvira elle-même avait beaucoup voyagé dans le cadre de membre du conseil d'administration de la ‘Preservation Society’. Elle ne s'est jamais mariée, n'a jamais prévu de le faire. C'est trop tôt, disait-elle à sa mère inquiète jusqu'au jour où elle dit, c'est trop tard.

  Elvira avait une deuxième raison pour rencontrer Maria. Une amie, membre de la Palmetto Springs Preservation Society, s'alarmait de l'acompte d'une LLC sur une propriété à la périphérie de la ville.

  « Constance sait que Gamma Développent cherche un endroit pour construire un centre commercial, elle a enquêté sur la requête d’un Nathaniel Harding, qui se trouve être le fils du propriétaire et vice-président de l'entreprise. »

  « Est-ce un problème ? » demanda Maria.

  Palmetto Springs avait de graves difficultés financières avec les habitants étaient obligés de chercher du travail ailleurs.

  « Ils devront bientôt trouver une solution, sans doute, » dit Zahni, après l’entretien d’Alex avec Elvira.

  La ville fut durement touchée lors de la fermeture de Keplar Inc, fabricant de chips. En plus de garantir l'achat des pommes de terre locales, Keplar Inc employait plus de la moitié des habitants d'une manière ou d'une autre. Lorsque l'usine ferma, les entreprises locales avaient également souffert. La déclaration officielle était que l'usine était trop vieille, trop chère à restaurer et ne pourrait jamais être compétitive dans une industrie à croissance rapide.

  « Pourquoi ça inquiète l'ami d'Elvira ? »

  « La propriété est adjacente à la réserve naturelle de Palmetto Springs, et elle s'inquiète de l'impact d'un centre commercial sur l'environnement. Elle espère que nous pourrons mener une enquête discrète. » 

  « Pourquoi cette propriété en particulier ? »

  Les chats de Tenacio ont rejoint les amis assis sur la plage pour se blottir sur la couverture. Il les gratta derrière les oreilles et fut gratifié de ronronnements bruyants.

  « Bingo. C'est ce qu’a rendu l'ami d'Elvira suspecte. Pourquoi ce terrain particulier près de la réserve, alors qu'il y a tant d'autres fermes à vendre dans le comté ? »

  Maria alla en ligne pour recueillir plus d'informations. La propriété était l'une des plus grandes fermes de pommes de terre, appartenant à Maximilian Ross. Comme la majorité des agriculteurs de la région, il l'a hérité de son père, sinon il n'y avait pas grand-chose de plus à glaner concernant MaxRoss Farms. Les autres sites se concentraient sur l'histoire de la région avec une multitude de photos sépia remontant au siècle dernier. Des articles plus récents parlaient de la situation économique dégradée du comté et le problème des chômeurs ayant trop de temps libre. 

  Zahni appela son ami Santiago au poste de police pour voir ce qu'il pouvait apprendre de plus.

  Malgré son jeune âge, avec le soutien du Maire Whitfield et Chief Masterson, Zahni fut accepté à treize ans à la ‘Law Enforcement Academy’. Santiago était dans la même classe.

  Ils se sont retrouvés à l'épicerie où ils s'arrêtaient chaque semaine après leur cours d'arts martiaux. L’épicerie appartenait au même couple depuis des décennies. Réfugiée de Croatie, la femme portait les cheveux tressés et enroulés autour de la tête. Elle sortit directement de la cuisine lorsqu'elle aperçut les deux jeunes hommes et, retournant son tablier du côté propre, leur prépara des sandwichs. Ils ont apporté leur déjeuner à Moon Lake, à l’ombre d’un chêne ou les écureuils s'arrêtaient dans leur jeu de cache-cache pour les observer.

  Santiago sortit un dossier de son sac à dos. Zahni lut la première page et siffla.

  « MaxRoss Farms a été infecté par le mildiou hors saison ? »

  « Oui, juste après son inspection. Curieux, n'est-ce pas ? »

  Ça n'avait aucun sens.

  « Comme tu le sais certainement, à part les pommes de terre, les tomates et quelques autres légumes, la maladie n'infecte pas l'environnement et ne peut pas affecter les humains. C'est pourquoi l'infestation a été gardée secrète, de peur de faire fuir les touristes de la réserve. » 

  La réserve faunique était la seule source de revenu restante pour la ville de Palmetto Springs.

  Dans un effort pour stimuler l’économie de la région une subvention fut accordée à Maximilian Ross pour construire une centrale solaire dans le but de déshydrater les pommes de terre. L'argument de vente était une alternative aux chips traditionnels frites comme préférable pour la santé et l'environnement. Max Ross mit son projet en marche lorsque, du jour au lendemain, sa culture fut infectée. Toutes les précautions avaient pourtant été prises et normalement si le mildiou devait apparaître dans la région, il se manifeste plus tard dans l'été. Les scientifiques se penchaient sur une éventuelle mutation de la maladie.

  « La contamination a été dévastatrice pour Monsieur Ross, » dit Santiago. « Sa récolte ruinée, la subvention annulée et sa femme l’a quitté pour le directeur général de Keplar Inc. »

  « Pauvre diable. Tu penses que Gamma Développent y est pour quelque chose ? »

  « Qui sait, difficile à prouver. Ce n'est pas illégal d'acheter une propriété privée, et Ross risque la faillite. Son terrain lui est inutile et un centre commercial serait populaire, cela ne fait aucun doute. »

  Pour les populations dans les petites villes rurales, une virée au centre commercial d'Argos était un régal. Les gens planifiaient à l'avance, voyageaient entre amis, se gavaient de malbouffe et regardaient des films tout publics. Pour les enfants c’était comme Disneyland, et pour les adolescents la chose la plus proche du paradis.

  « Cela affecterait certainement l'écosystème de la réserve, avec l'asphalte, le béton, le bruit, la circulation et les déchets. » Zahni sentit un nœud familier dans son estomac.

  « C'est vrai et le groupe vous-ne-pouvez-pas-arrêter-le-progrès vous dira que c’est inévitable. »

  Zahni était particulièrement conscient de la façon dont tout était lié. L'extinction même des plus petites bactéries peut provoquer une réaction en chaîne qui endommagerait d'autres formes de vie. Les conséquences à long terme sont ce qui guida ses recherches. À titre d'exemple, il utilisait l’histoire des missionnaires bien intentionnés en Afrique qu’avaient nettoyé l'eau d’un étang d'une tribu, parce qu'elle contenait une bactérie dangereuse. Ils ne se rendaient pas compte que la tribu avait été immunisée, et que la bactérie agissait comme un vaccin contre le poison d'un certain insecte envahissant. Tous les membres de la tribu sont morts.

  Santiago avait raison, le changement fait partie intégrante de la vie et la lutte pour la survie dicte le résultat. S’il était farouchement contre le projet, de quel droit se permettait-il de juger ? Palmetto Springs avait besoin d'emplois plus que tout, plus que la réserve pouvait en fournir. Plus que l'extinction possible d'espèces dont peu de gens savent même existent.

=====

  Zahni voulait des échantillons des pommes de terre infectées. Il n’y avait pas de réponse quand il appela MaxRoss Farms, alors il s’est rendu directement avec les jumeaux. Personne n'était à la maison et la propriété avait un air d'abandon, comme si les bâtiments se sentaient trahis. Ils ont quitté la ferme et parcouru la courte distance jusqu'au bayou, à côté de la clôture qui séparait le champ de la réserve, où Zahni avait remarqué des plantes de pommes de terre.  

  Mario trouva une clairière sur la route et se gara derrière une haie de raisins-de-mer. Après avoir enfilé leurs bottes, ils ont longé prudemment la clôture, à l'affût des alligators. On leur a appris dès leur plus jeune âge s’ils se trouvaient en face d’un alligator à reculer lentement puis se retourner pour courir le plus vite possible en hurlant : les alligators ne peuvent pas courir loin et n’aiment pas le bruit qui peut attirer l’attention. 

  Maria prit des photos pendant que Zahni et Mario ont rapidement déterré une poignée de tubercules. En partant, ils ont remarqué une Cadillac garée devant la maison de Max Ross. Une femme aux cheveux orange, une combinaison lavande et un petit sac rose descendit du côté passager.

  « Qu'est-ce que c'est, la Lapine de Pâques ? » demanda Mario tandis que Maria fouillait dans le sac à dos pour son appareil photo. 

  La femme enleva sa veste, tapota ses cheveux et se dirigea vers le hangar en trébuchant dans des hauts talons sur le sol asymétrique. Un homme trapu se retira avec difficulté du siège du conducteur en utilisant son bob pour s'essuyer le front. Alors que leur attention était concentrée sur l'étrange couple, une petite silhouette s'élança de l'arrière du hangar à travers le champ. 

  Mario voulait rester pour voir ce que feraient la femme et son chauffeur mais la nuit s’approchait. Pendant que les jumeaux se disputaient, Zahni se dirigea vers l'endroit où leur voiture était garée et cueillit des raisins-marins.
  Le lendemain, Zahni apporta les photographies développées chez des jumeaux.

  « Regardez ça, » dit Mario désignant un endroit dans le champ de pommes de terre. Un objet flou semblait suspendu à mi-chemin entre le hangar et la clôture du côté est de MaxRoss Farms. Impossible de déterminer si c’était humain ou animal. Ou un extra-terrestre, prononça Maria qui croyait en ce genre de chose.